Nouveau pensionnaire du Conservatoire des Etalons de la Connerie Universelle, Simon Casas a déclaré il y a quelques semaines ceci au sujet de Jean-Marc Roubaud :

Corrida___D_tail"Un député est tenu à un devoir de réserve par rapport à l'âme du peuple qu'il représente. Or, l'amour des Gardois pour la tauromachie est majoritaire et M. Roubaud doit le prendre en considération. Il s'assoit de façon intempestive et électoraliste sur l'âme de ce peuple, qui l'a élu et qu'il méprise."

Qui sont Simon Casas et Jean-Marc Roubaud ? Jean-Marc Roubaud est un député du Gard qui a déposé récemment une proposition de loi pour l'interdiction de la corrida. Simon Casas est un ancien torero, directeur des arènes de Nîmes. On comprend donc que celui-ci n'aime pas tellement celui-là... Toutefois, on peut être surpris par l'argumentation. En effet, en quoi le fait de s'asseoir sur l'âme du peuple qui l'a élu (et dont on imagine qu'il lui demandera vraisemblablement lors des prochaines élections un nouveau mandat) est-il un acte que l'on peut qualifier d'électoraliste ? Ce qui serait électoraliste, ce serait au contraire de la brosser dans le sens du poil, l'âme du peuple, non ?

Corrida___2Plus qu'un acte électoraliste, le sieur Roubaud commettrait donc plutôt ici un acte courageux, vraisemblablement plus en accord avec des convictions qu'avec des calculs d'apothicaire sur d'hypothétiques bulletins... Par ailleurs, l'argument du devoir de réserve par rapport à l'âme du peuple qu'il représente (Casas a du reste récidivé en ce sens ce jour même sur France Info, allant jusqu'à accuser Roubaud d'un savoureux crime de lèse-démocratie) est assez amusant, et montre une méconnaissance des institutions... L'article 27 de notre constitution précise en effet que "Tout mandat impératif est nul". Ce qui signifie en gros que dans notre démocratie, un député, quand il est élu, fait ce qu'il veut avec ses cheveux, mais surtout avec son mandat représentatif (et, donc, non impératif). Par suite, il dépose les propositions de loi qu'il veut, et il vote comme il veut au parlement (en fait pas toujours, mais là c'est encore autre chose...). Après, si l'âme du peuple s'estime trahie, elle ne revote pas pour lui la fois d'après, et puis c'est tout.

En fait, je crois bien que ce qui me déplaît le plus dans la corrida, c'est le fait que les crétins qui la défendent m'obligent à soutenir un député UMP...